Du guerrier au danseur

Certes, la dimension de guerre avec les penchants destructeurs (avidité, mensonge, convoitise, luxure, orgueil, inertie, colère fébrile…) est reconnue dans le shivaïsme, avec les formes de Kali ou de Durga.

Mais Shiva [1], dans sa forme ultime, n’est pas un dieu de la guerre, même avec l’ego.

Shiva est Nataraja [2], « le roi des danseurs et des acteurs ».

Shiva est un dieu de la danse et du jeu.

Tout est dit !

 

Socrate, Léonard de Vinci… grands danseurs, auraient

apprécié. Louis XIV, monarque de droit divin et maîtrisant

cet art, également.

Nietzsche encore : « Je ne croirais qu’en un dieu qui s’entendrait à danser [3]. »

 

 

L’heure est au combat ?

L’heure est au jeu, au surf, à la danse.

 

Guerrier du sacré, guerrier de la conscience ?

Non.

Danseur.

Guerrier, je reste dans la dualité.

Danseur, j’accède à l’unité.

 

Danse et jeu de la conscience.

 

*    *    *

Au-delà de leur forme festive et cathartique qui permet de purger la violence résiduelle, la musique, le chant et la danse sont présents dans toutes les traditions spirituelles.

Pour transmuter la violence en amont et connecter l’être humain à son essence.

 

Shiva-Dionysos renaît actuellement en Occident dans cette forme spirituelle : tandava ou danse de Shiva [4], Danse des 5 rythmes®, Danse médecine® [5]… autant de pratiques qui percent.

 

                                              

 

[1] Shiva a deux acceptions :

- La déité de la triade Brahma-Vishnou-Shiva (création, subsistance, dissolution).

- L’absolu lui-même. C’est dans ce sens qu’il est évoqué ici.

 

[2] Nataraja, du sanskrit nataka « acteur, danseur » et raja « roi ».

 

[3] In Ainsi parlait Zarathoustra, Le Livre de Poche, 1983, p. 52.

 

[4] Danse lente spontanée ; cf. présentation faite par Daniel Odier in L’incendie du cœur, un chant tantrique, éditions du Relié, 2004, p. 18-19.

 

[5] Cf. La danse des 5 rythmes, Gabrielle Roth, Le Courrier du Livre, 2009 ; Danse médecine, S. et Y. Darling Khan, Le Courrier du Livre, 2013.

Thomas Dilan, spiritualité laique, shivaisme, Rimbaud, conscience-perception, amour, communion nature, méditation, Onfray

                 Nataraja

 

Ô Shiva

Triomphe de la vie

Triomphe du plaisir

Béatitude, béatitude !

Aurore triomphale !

 

Telle une fée joyeuse

Tu danses et sèmes la lumière

Sur ton chemin.

 

Tu joues avec les situations,

Séduis les démons

Et charmes les sorcières,

Les géants et les nains tu libères

Et d’amour tu verses des rivières !