Le pivot

 

Le composé attribué au sage indien Shankara (IXe siècle), du courant advaïta (« non dualiste ») Vedanta, propose un pivot autour duquel s’articule tout le réel :

« Être - conscience - béatitude [1]. »

 

La conscience, ici, est entendue comme présence, perception [2] ou cognition.

Je prends conscience = je perçois = je suis.

 

Dans cette perspective, la pensée n’est pas la conscience mais seulement une option de la conscience.

La conscience est libre de pensées.

Elle est la perception pure.

 

Cette approche de la conscience en tant que perception ou présence, propres au Vedanta et au shivaïsme tantrique, se retrouve dans la psychologie occidentale contemporaine [3] ainsi que chez des poètes occidentaux comme William Blake ou André Gide :

« Si les portes de la perception étaient purifiées, chaque chose apparaîtrait à l’homme telle qu’elle est, c’est-à-dire infinie [4]. »

« Toute sensation est d’une présence infinie [5]. »

 

 

La conscience ou perception a différentes options : le corps (besoins, sensations), le cœur (émotions, sentiments), et l’esprit (pensée).

La conscience vogue à travers ces différentes facettes.

 

Elle anime le corps, le cœur et l’esprit, tout en en étant indépendante.

Immanente et transcendante.

 

Si l’on prend les trois grands pôles obsessionnels de l’être humain, qui ne sont du reste que ses trois grands pôles énergétiques :

- le mental ; certes moteur du progrès technique mais aussi de l’agitation et des bavardages ;

- l’amour ;

- le sexe.

Seule la conscience est capable de réguler ces trois énergies et de les canaliser dans une béatitude durable.

Sans la conscience, ces énergies mènent l’être humain au mieux à la stagnation, au pire à l’autodestruction.

S’agissant des deux autres éléments du composé :

 

L’être. La perception « Je suis » rejoint en fait « Je perçois, je prends conscience ».

Conscience et être fusionnent à la source.

 

 

La béatitude. C’est la qualité de l’énergie. Elle recouvre les énergies de plaisir, d’amour, de joie et de paix.

C’est le point de repère sur le chemin : la béatitude ressentie [6].

 

Conscience et béatitude sont indissolublement liées.

Toute expérience présente est source de béatitude. Il n’est pas de conscience qui vaille qui ne soit béatitude [8].

De même, il n’est pas de béatitude durable qui ne soit conscience : qui ne vienne d’une expérience effectuée en présence.

 

Ainsi, ce composé « être - conscience - béatitude » forme un tout. (Les théologiens parleraient de consubstantialité).

En tant qu’impersonnel, animant le moi comme l’autre, ce composé est souvent appelé « le soi ».

 

 

__________________________________________

 

[1] En sanskrit sac-cid-ananda ; cf. Le plus beau fleuron de la discrimination « Viveka-cuda-mani », Çri Camkaracarya, Maisonneuve, 1998, verset 465.

 

[2] La « nature de sujet qui perçoit » (Spandakarika, op. cit., stance 3) ; cf. aussi : Ce « par quoi la pensée a été pensée, […] ce par quoi les regards voient […], ce par quoi l’ouïe ici est entendue […] » (Kena Upanishad, I.5-7, in Isha, Katha et Kena Upanishad, Maisonneuve, 1986).

 

[3] Par exemples, chez Carl Gustav Jung, Fritz Perls (Gestalt thérapie) avec la notion d’awareness, au sein de la psychologie transpersonnelle, chez le Dr Étienne Jalenques (La dynamique émotionnelle)...

 

[4] William Blake, The Marriage of Heaven and Hell. Oxford University Press, 1975, p. xxii.

 

[5] André Gide, Les nourritures terrestres.

 

[6] « Que vaudrait la vérité si d’elle ne jaillissait la béatitude ? Cherchez la béatitude. Si vous obtenez la béatitude, vous connaîtrez en même temps la Vérité » (Swami Muktananda  in La relation parfaite, Saraswati, 1988, p. 51).

Cf. Aristote : « Tu reconnaîtras la vérité de ton chemin à ce qu’il te rend heureux. »